Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2010

Les merveilles de l'art médiéval

Les amants trépassés (vers 1470)

71422741.jpg

Le panneau figurant le couple des Amants trépassés appartenait auparavant à un double portrait macabre dont il constituait le revers. L'avers, un Couple d'amoureux, est aujourd'hui conservé au Musée de Cleveland (Etats-Unis). La mise en regard des deux peintures fonctionne comme une méditation sur la vanité des choses terrestres et la fragilité de l'existence. Ce type de tableau, dont la formule est apparue au milieu du XVe siècle, se rattache à des pratiques de dévotion privée.
Le réalisme brutal de la scène et la paradoxale robustesse des corps décharnés et rongés par la vermine est une allusion dramatique à la fugacité de la jeunesse, de la beauté et de l'amour. Cette œuvre s'inscrit dans la tradition germanique de la représentation de la mort et semble s'inspirer d'une pointe-sèche de l'un des grands maîtres anonymes de la gravure allemande de la deuxième moitié du XVe siècle, le Maître du Livre de Raison, représentant Le Jeune homme et la mort. Un temps attribué à tort au jeune Mathias Grünewald, ce panneau a été depuis donné avec vraisemblance à un maître d'Ulm en Souabe dans le sud de l'Empire Germanique. Source

Commentaires

c'était gai à l'époque !!!
pas d'amour, pas de jeunesse, pas de beauté...
eh beh...je préfère encore manquer d'essence et voir des jeunes dans la rue, tiens !

Écrit par : miss P | 22/10/2010

Ah mais si justement, tout cela s'accompagne d'un mouvement allant vers la célébration de la jeunesse et du Carpe Diem!

Écrit par : Titam | 22/10/2010

ahhh, ok ok ok....

Écrit par : miss P | 23/10/2010

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.